Les lambris

Mieux comprendre le rôle et l’intérêt des lambris

Le lambris est passé de mode ? Erreur ! Certes, ce revêtement intérieur était très à la mode dans les années 1980 et a été traité de ringard depuis… pourtant, il semble bel et bien revenir sur le devant de la scène, avec des innovations qui en séduisent plus d’un ! Alors pourquoi ne pas envisager un lambris dans votre intérieur ? Voici quelques informations et quelques conseils sur cet isolant qui mérité d’être connu…

Quels sont ses avantages ?

Le lambris est un revêtement décoratif qui se compose d’un parement visible, d’un contreparement et d’une rive à rainures. Un revêtement qui s’avère être particulièrement pratique puisqu’il se nettoie à l’éponge tout simplement ! La pose, relativement simple il faut le dire, se fait assez rapidement une fois qu’on a pris le coup de main. Et petit plus : le lambris convient à toutes les pièces !

Zoom sur le lambris en PVC

La première solution, qui n’est pas notre préférée il faut l’avouer, est le lambris PVC. Si ce matériau s’avère particulièrement résistant et peu coûteux à l’achat, son rendu esthétique est nettement moins joli qu’un lambris en bois. Cependant, les lambris PVC s’adaptent tout particulièrement bien aux pièces humides, et représentent un avantage non négligeable : ils peuvent être posés à l’extérieur car ils résistent aux intempéries. Le lambris en bois quant à lui craint l’humidité.

Zoom sur le lambris en bois

Le lambris en bois a notre préférence, vous l’aurez compris. Ce revêtement particulièrement noble et esthétique tend à remplacer certains revêtements qui ont pourtant toujours eu le vent en poupe, comme le carrelage ou le papier peint ! Il faut dire que le lambris en bois est naturel, et s’adapte à tous les styles d’intérieur, du plus rustique au plus moderne.

Les lambris en bois sont classés en cinq catégories. Ces dernières correspondent à la résistance du bois à l’humidité. Ainsi, la classe 1 concerne les lambris en bois exclusivement réservés aux pièces sèches et ayant donc une faible resistance pas à l’humidité, tandis que la classe 5 permet au lambris d’être en contact avec l’eau et sera donc utilisé dans les pièces humides comme la cuisine ou la salle de bain.

Après les catégories viennent les essences de bois. En effet, l’esthétique du lambris en bois dépend de l’essence choisie car il est évident qu’un lambris en bois exotique et un lambris en sapin n’auront pas le même rendu. De même, certains bois comportent des nœuds, ce qui offre un aspect plus authentique et naturel mais ne conviendra pas à un intérieur très moderne. De même, si vous envisagez de peindre votre lambris en bois, n’optez pour un bois à nœuds : non seulement le rendu ne serait pas uniforme, mais en plus, le bois à nœud est plus coûteux…
Le lambris en bois est classé en normes allant de A à D. La norme A concerne un lambris sans nœud et pour le D un lambris en bois déclassé, c’est-à-dire brut et naturel. Cependant, la plupart des lambris en bois que vous trouverez dans le commerce sont prêts à poser ou à peindre.

Enfin, vous pouvez également choisir un lambris en bois en fonction de la finition du bois qui peut être vernis ou cirée naturelle. La finition hydro-cire permet quant à elle de laver et réparer des lames qui auraient subi les déboires du temps, et ainsi de restaurer un lambris légèrement abîmé.

Comment poser le lambris ?

La première chose à décider lorsque vous posez un lambris concerne le sens de la pose. En effet, ce sens peut paraître anodin mais il a de véritables conséquences sur le rendu final de votre travail. En effet, une pose horizontale agrandit les petits volumes, tandis que la pose verticale donne de la hauteur. Ce qui est le plus tendance actuellement, c’est la pose oblique (ou pose en chevrons) car cette pose donne un style moderne et original à votre pièce, tout en lui offrant une petite touche de fantaisie.
Quant à la pose, vous pouvez opter pour la pose collée, la pose clouée ou la pose clipsée. La pose collée est simple mais nécessite un travail minutieux et propre. La pose clouée est une pose traditionnelle, tandis que la pose clipsée est la plus actuelle et la plus simple.

Pour réussir votre pose de lambris, vous devez réussir à calculer précisément la surface des murs que vous souhaitez recouvrir de lambris. Afin de parvenir à une mesure exacte de votre surface, n’oubliez pas retirer de votre calcul les ouvertures, comme les portes et les fenêtres. Quoiqu’il en soit, voici la formule de calcul : (hauteur du mur x largeur du mur) x par le nombre de murs à recouvrir de lambris.
Le lambris est un matériau écologique, un isolant phonique et thermique, un revêtement intérieur facile à entretenir et durable, facile à poser… et il s’adapte à tous les styles !

Trouver un professionnel de confiance pour vos travaux de chauffage et climatisation
Chaudière gaz : quels sont les avantages ?